La spirale positive – la connaître pour la cultiver

La spirale positive !

.

Un beau matin, en décidant de régler une affaire personnelle et en allant dans le sens de mon intégrité j’ai vu se créer une spirale positive que je vais utiliser aujourd’hui comme exemple pour vous illustrer ce mouvement.

.

Un exemple personnel

.

C’était un jour où j’étais fortement gênée par une attitude qu’une amie avait eue envers moi et au lieu de continuer à attendre que cela s’arrange tout seul et continuer à faire semblant que tout allait bien, j’ai décidé de le lui dire. Sur le coup cela a été un peu confrontant pour nous, mais aussi très constructeur… Elle m’a entendue, m’a donné son vécu et nous avons pu approfondir un aspect de notre relation et nous en sortir plus grandes, toutes les deux.

Pourquoi spirale positive ?

Cette situation nous en donne un bel exemple ! Ce simple acte (pas si simple que ça) a déclenché une dynamique où non seulement le problème était désamorcé mais autre chose de bien plus large s’était enclenché.

.

Voici à peu près les étapes…

.

A la fin de la conversation, problème réglé, on était plus que bien ! Pour ma part j’avais de la reconnaissance vis-à-vis de mon amie, d’avoir pu démêler l’histoire avec moi et je l’aimais davantage. Ensuite, j’ai eu une bouffée de gratitude pour moi-même d’avoir eu le courage de l’avoir fait et je m’aimais aussi davantage.

.

Après ce sentiment d’amour qui a rejailli, est venue une sensation de puissance du fait d’avoir pu être authentique et intègre. Par conséquent, c’est la confiance en moi qui en a profité pour grandir. J’ai vu le mouvement qui se produisait et je l’ai accompagné… il m’est venu de suite une émotion encore différente, j’étais touchée par moi-même du fait qu’une chose qui était si difficile à une époque, devenait tout à fait possible grâce à un travail fait et un engagement intérieur.

.

Je contemplais quelques chemins parcourus et je rendais grâce à ma fragilité et à ma force, cela venait renforcer mon acceptation de moi-même et m’amenait encore plus dans l’acceptation des autres. A la mesure que j’acceptais « mes failles », je faisais de même pour les autres. Et l’expérience qui a démarré d’un dialogue à deux, commençait à s’élargir.

.

Je voyais la beauté de tous ces gens que je côtoie au quotidien, dans leur force et leur fragilité, dans leur désir d’authenticité, d’intégrité et d’être meilleurs. En voyant leurs beautés, j’avais de plus en plus d’amour pour l’humanité, une énorme envie de continuer à essayer d’être quelqu’un de bien pour moi-même et pour le monde entier ! Et autant dans mon travail et que dans la vie, pouvoir accueillir l’essence de chaque personne pour les aider à se déployer.  Cet instant d’élargissement de conscience était plein d’acceptation, de compassion et d’amour pour l’humanité.

.

Dans cet exemple on part d’un sentiment positif personnel et ça s’élargie à l’universel.

 .

Si je continue à raconter cela devient très répétitif, car ça tourne ! C’est pour ça que l’on le nomme spirale. Et quand ça va dans le sens d’une expansion, on l’appelle « positive ».

 .

Cela se vit en très peu de temps et la conscience aide le mouvement.

spirale évolutive

.

La spirale négative existe aussi.  

 .

Elle est aussi répétitive, mais elle va dans le sens d’une contraction.  Cela se ferme de plus en plus et on étouffe dedans. Je vais vous l’illustrer par un exemple très courant ———-> LA PROCRASTINATION.

.

On va dire que j’ai une tâche importante à faire, un problème à régler ou un devoir (imaginez quelque chose que vous n’aimez pas faire pour rendre l’exemple plus concret).

.

Je n’ai pas très envie de le faire donc je le repousse « gentiment ».  Pour aujourd’hui je décide plutôt de faire autre chose qui me donne du plaisir, une sortie avec une copine, par exemple. Mais ce plaisir n’est pas plein, car je sais qu’un devoir m’attend. J’essaye de tirer davantage du bien-être de mon loisir, j’ai envie qu’il dure, je me dis que j’ai bien le droit à « me faire plaisir » et sans m’en apercevoir je suis déjà en train de chasser la culpabilité qui pointe.

.

Mon plaisir n’est pas plein, car il lutte contre une pointe de culpabilité. Je fais un effort pour ne pas le voir puisque c’est décidé que mon devoir, je le ferai demain. Sentez la gêne monter !

.

Mais demain, je n’ai toujours pas envie et je repousse encore la lourde tâche en trouvant quelque chose d’utile à faire. L’utilité pourra me libérer un peu plus de la culpabilité. « Il faut bien que je fasse mon ménage, par exemple ! » et la tâche lourde commence à prendre beaucoup de place dans mon esprit qui va mettre de plus en plus d’énergie pour la chasser.

.

Entre temps, se glisse en moi la peur de ne pas y arriver. « Et si seulement je n’avais pas à faire ça… et si j’étais plus ci ou moins ça », s’ensuivent l’insatisfaction, la colère, la tristesse, etc. Consciemment ou inconsciemment, cela m’oppresse. Les sentiments négatifs commencent à m’envahir, la tâche qui n’a toujours pas disparu me fait de plus en plus peur et maintenant le temps file. Je n’ai plus autant de temps pour l’exécuter. Je perds l’estime de moi, je me trouve mauvaise, faible, incapable ! Vais-je pouvoir vraiment l’accomplir ??  Perte de confiance, peur, angoisse. Cela devient urgent. Au secours, j’étouffe ! Je commence même sérieusement à avoir besoin de vacances pour décompresser alors que je n’ai encore rien fait ! 

.

spirale involutive

 .

Cela tourne en rond de façon plutôt négative, vous êtes d’accord ?

.

Comment en sortir ? Cela demande quoi ?

Je vais vous inviter aujourd’hui à regarder ces mouvements en vous. À les observer… J’attends vos commentaires et plus tard nous allons tenter un exercice pour créer une spirale positive, ok ?

.

N’hésitez pas à échanger votre vécu personnel, poser des questions, ou donner vos sensations, tout est bien venu !

 .

A très bientôt !

 

 

 

0 Comments

Leave a Reply